Scrabble, Erik Satie, éducation & défis professionnels : on ne s’ennuie pas…

(Lui là-haut c’est Erik Satie, un compositeur génial).

Lundi soir, j’ai vécu un moment de perfection pure. Je m’en remets à peine.

A 20 heures (20 heures!!!!!!) les enfants étaient calmes, en pyjama, ils avaient mangé un bon repas équilibré.

Pilou (individu de sexe mâle âgé de presque 8 ans) nous réclame une partie de Scrabble.

Cet enfant est joueur, il a un besoin viscéral de s’amuser avant d’aller se coucher, ses joyeux neurones aiment les problèmes, les casse-tête et toute activité qui gratte le cerveau. Et c’est comme ça depuis qu’il a 4 ans. Les histoires du soir ne l’ont jamais intéressé. Lui son kif, ce sont les listes. « Qui sont les 10 personnes les plus riches du monde? », « classons les animaux par ordre de rapidité/espérance de vie/dangerosité », « Quels sont les pays qu’on a envie de visiter par ordre de préférence et pourquoi ». Sinon il y a aussi le célèbre  « fais-moi des additions/multiplications/soustractions à 10 chiffres »,  et autres « jouons à puissance 5 » (puissance 4 c’est trop facile il paraît).

Dit comme ça, ça a l’air assez chouette mais en réalité, quand on n’est ni matheuse ni adepte des classements -comme moi- on morfle grave soir après soir après soir (c’est une torture subtile en fait d’avoir un enfant TRES matheux quand on est fâché avec les chiffres) en de demandant pourquoi POURQUOOOOOOOOI il n’aimerait pas plutôt lire un bon vieux Harry Potter?

Bref, on dégaine le Scrabble (heureusement on aime ça) (beaucoup plus que le puissance 5). La grande Fée (enfant de sexe féminin âgée de 10 ans et demi en forte glissade vers la pré-adolescence) déclare forfait et va jouer du piano dans sa chambre (elle a royalement foiré son premier concours dimanche matin, son orgueil en a pris un coup, du coup, depuis elle répète inlassablement son morceau...too late ai-je envie de dire mais comme je ne suis que bienveillance je salue sa ténacité et je ferme ma bouche).

Et là, moment de grâce. Bertigre (enfant de sexe féminin âgée de 6 ans au tempérament assez graou) met son premier mot sur le plateau : M-O-R-A-L-E. Dans le même temps, une Gnossienne d’Erik Satie nous berce (j’aime d’amour Erik Satie vous l’ai-je déjà dit?), au loin la grande Fée bosse un menuet de Mozart et ça fait des clochettes dans mon coeur.

Je regarde mon époux. Mon époux me regarde. On se dit qu’on est drôlement vernis. Et on savoure ce moment de grâce, de beauté, de calme. Ce moment d’extase (je sais il m’en faut peu) a duré approximativement 10 minutes (mais il valait de l’or).

Ensuite, Pilou surexcité par la perspective de son cross inter-école de 1400 m le lendemain a quitté brutalement le jeu pour jouer au foot à côté du vaisselier, Bertigre est partie faire pipi et n’est jamais revenue (il faut dire qu’elle avait tiré WYXAAEE comme lettres) et La grande Fée nous a reproché en reniflant de ne pas assez s’occuper d’elle. Tout est donc rentré dans l’ordre.

A part ça le lendemain Pilou est arrivé 7e sur 150 gamins sans aucun entraînement sérieux vu que mon époux et moi-même sommes des quiches du running. Je me sens fière mais un peu trahie aussi qu’il soit matheux ET sportif. Ceux qui me connaissent savent que le sport c’est un peu ma Kryptonite à moi (juste après les maths). Je constate donc l’ironie de la vie qui consiste à me confier un enfant formidable avec lequel je n’ai pourtant jamais AUCUN point commun (bordel). Le reste de son activité consistant à jouer au foot, aux jeux vidéos (Fortnite et Summoners War je vous hais) et à faire tourner ses soeurs en bourrique.

Voilà pour l’introduction « les nouvelles du jour ».

A part ça, je voulais vous raconter comment je suis en train de doucement quitter le cocon rassurant du « je me tiens prudemment à l’écart de toute activité professionnelle » par « pourquoi pas tenter des trucs fous et incroyables auxquels je n’avais même pas pensé« .

Ce qui est bien avec les années sabbatiques, je n’arrête pas de le dire, c’est la SERENDIPITE. Les heureux hasards, en gros.

Depuis 6 mois, vous le savez, j’ai fait plein d’expériences et rencontré plein de gens. La sérénité sabbatique aidant, j’ai plus de temps et de bienveillance à consacrer à chacun. Donc naturellement on fait mieux connaissance, on révèle davantage qui on est. On ne joue pas de rôle (pour quoi faire?), on n’est pas speed (la fabrication de cookies artisanaux attendra) on a la pêche (2h30 de transport quotidien en moins, ça vous chance une femme). Et donc, ON SE PARLE.

Du coup, des opportunités inédites apparaissent. En-dehors de votre milieu professionnel d’origine, les gens vous regardent sans le filtre du « je te connais depuis 10 ans » ou « T’as bossé dans quelle agence? » ou « Mon petit rond, je vais te faire rentrer dans un carré parceque ça m’arrange, tu m’en diras des nouvelles!« . Non. Ils vous regardent VRAIMENT.

J’ai donc récemment reçu des propositions aussi étonnantes que pertinentes à de nombreuses reprises, et je m’en amuse follement (c’est mon côté enthousiaste).

Voilà donc 3 mois que j’ai renoué avec le journalisme et que j’écris des portraits dans un magazine professionnel de … COIFFURE. Soyons clairs, je n’y connais rien et je suis aussi coquette et attentive à ma chevelure qu’un diable de Tasmanie MAIS je suis la bonne personne pour ce job. Parceque je pose toutes les questions de la terre, que mon regard est frais, décomplexé, je n’ai aucun enjeu, je ne sais pas qui sont les stars dans ce milieu…Je retrouve donc le plaisir pur, juvénile, vital d’écrire sans la pression des validations, de la novlangue pâteuse du CAC40 et du temps qui s’enfuit (tout était à faire pour avant-hier dans mon ancien job).

Je m’intéresse aussi de près aux problématiques liées à l’éducation. Pour plusieurs raisons.

  • D’abord parceque l’année dernière nous avons appris que 2 de nos enfants aînés sont des Zèbres comme on dit pudiquement (surdoués ou HPI pour ceux qui suivent). Et la 3e n’a pas été testée mais je parie mon petit-dej qu’elle l’est aussi. Pour ceux qui connaissent le sujet, il y a plein de manières d’être un zèbre (d’où l’appellation Zèbre : il n’y en a pas deux qui se ressemblent, rapport aux rayures). Là, je me suis grattée la tête en me demandant quelle éducation offrir à ces enfants qui ont du mal à apprécier toute le talent de l’Education Nationale. Spoiler : j’ai pas trouvé grand chose à moins de 10 000 balles l’année (hors cantine) Et comme on n’est pas Crésus ici, ils vont donc à l’école du coin de la rue, et je tente modestement de leur apporter ce qu’ils n’y trouvent pas.
  • Ensuite parceque l’année prochaine, la grande Fée intégrera une école TRES catholique (alors qu’elle n’est même pas baptisée, nous sommes des foufous) exclusivement féminine tout simplement parce qu’elle est excellente élève, passionnée par le savoir et les apprentissages et qu’elle ne voyait vraiment pas où aller sinon pour satisfaire tout cet appétit. J’ai beaucoup de respect pour la spiritualité (moi-même j’ai une relation assez intense avec l’Univers) mais ça me fait quand même mal que ma fille soit obligée d’aller en école confessionnelle pour espérer toucher des apprentissage d’excellence. Elle est ravie-heureuse d’aller là-bas, mais ça me gratte un peu je l’avoue.
  • Ayant du temps à revendre, je me suis intéressée d’un peu plus près aux devoirs de mes enfants, et j’ai été assez stupéfaite de voir le classicisme effrayant des méthodes d’apprentissage (le par-coeur c’est l’avenir apparemment), ou la vacuité des tentatives ludiques (le top du WTF étant à mon sens les évaluations d’histoire de CM2 sous forme de mots croisés. Je vous assure, j’ai eu brièvement envie de mourir en voyant que ma fille allait retenir de la Révolution Française les mots Etats-Généraux, Robespierre, Louis XVI et Assemblée sans avoir compris le sens de cette période, son impact, ses origines). Voilà voilà.
  • Le Collège a l’air d’être la zone de tous les dangers (pas l’attention chaleureuse du primaire, pas la motivation des enjeux liés au lycée : un trou noir, en quelques sortes) or mes enfants vont y arriver petit à petit et je me demande bien ce qui va advenir d’eux pendant cette période que je qualifierai avec prudence de potentiellement XXL-reloue.

Donc à force de partager ces réflexions autour de moi, l’univers m’a entendue et voilà que je rencontre quelques personnes (notamment une) de type colibri ayant la possibilité et l’ambition de créer un nouveau collège alternatif près de chez moi. Oui oui vous lisez bien. Un truc de fou, d’idéaliste, d’utopiste, mais un truc qui pourrait bien arriver : créer une nouvelle forme d’enseignement, bienveillante, ouverte, riche que l’Education Nationale n’offre pas aujourd’hui à cette tranche d’âge 11-15 ans. Nous en sommes aux balbutiements, on explore, on réfléchit mais il semble que dans les prochaines semaines je vais travailler plus que sérieusement sur ce projet et qu’il m’occupera beaucoup en 2018-2019. Keep in touch!

Enfin, dernière sérendipité en date : une ancienne cliente que j’aimais fort pour son petit grain et sa bienveillance à mon égard a complètement redessiné son organigramme, doit recruter du monde et n’y parvient pas aussi vite qu’elle le voudrait. Elle me propose donc une mission comme je les aime : développer l’un des nouveaux postes pour lequel je suis super-qualifiée, le faire beau, recruter la personne qui prendra ensuite mon relais dans quelques mois. Puis repartir comme j’étais venue, jouer avec les papillons. Cela me plaît beaucoup de renouer un peu avec mon ancien job sans pression, quelques jours par mois pendant une courte période. Envie de tester mes nouvelles forces, envie de tester mon nouvel état d’esprit. Envie de savoir aussi si je dois complètement quitter mon ancien métier ou lui garder une mini-place sans douleur quelque part dans ma nouvelle vie.  Un point crucial sur lequel j’ai besoin me faire une religion afin de préparer la suite de mes aventures sans peur ni regret.

Voilà, encore une belle journée bien remplie au royaume de la Serendipité…;-)

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.